Notre organisation cherche à mettre en lumière un chapitre de l’histoire passé trop longtemps sous silence. Dans l’ex-Union soviétique, nous recherchons des témoins oculaires des exécutions de Juifs et de Roms ; nous travaillons également à identifier chacun des sites d’exécution et fosses communes.

Les témoins survivants ont à présent plus de 80 ans et leur récit personnel de l’histoire ne sera bientôt plus possible. Les opportunités pour recueillir ces preuves vont disparaître rapidement. Sans ces témoignages il sera impossible de repérer la localisation des fosses communes et de récolter des preuves du génocide.

Yahad – In Unum travaille pour cela de trois manières :

1. Enquêter

2. Eduquer

3. S’engager

Yahad – In Unum identifie les sites d’exécution de Juifs et recueille des traces balistiques des fusillades. Notre équipe enregistre et filme les récits des témoins de ces massacres. Jusqu’à ce jour, Yahad a effectué des recherches sur 2 133 sites d’exécutions et a rassemblé 5 298 témoignages au cours de 124 séjours de recherche dans huit pays (Ukraine, Biélorussie, Russie, Pologne, Roumanie, Moldavie, Lituanie et la République de Macédoine).

Yahad – In Unum organise des ateliers et des séminaires universitaires afin de contribuer à la recherche et aux études concernant la Shoah et les génocides. L’université Paris-Sorbonne et l’Université de Georgetown sont des partenaires académiques de l’organisation. Yahad propose aussi un programme académique et travaille étroitement avec l’United States Holocaust Memorial Museum.

« La Shoah par balles » est le modèle pour la violence de masse qui se poursuit dans le monde d’aujourd’hui. Mettre en lumière ce chapitre méconnu de la Shoah a pour but de commémorer les victimes oubliées, mais il est important de savoir que Yahad – In Unum ne se concentre pas seulement sur le passé. Notre travail entend encourager toutes les sociétés à examiner les heures sombres de leur histoire et à s’exprimer contre le fléau actuel du génocide.


*Yahad – In Unum n’a aucune affiliation politique et ne se fait l’avocat d’aucune action politique, économique ou militaire d’aucun pays et d’aucun institution. Sa mission est de mettre en lumière les actes génocidaires ou qu’ils soient perpétrés et de donner une voix aux victimes de génocide et à ceux et celles qui sont menacées par un génocide.