Témoignage:

“Dans la ville de Lida, Zenon (né en 1936) a livré un témoignage intéressant sur le payement des contributions par les Juifs. C’est une pratique très répandue chez les Allemands, avant la mise en œuvre de l’extermination des Juifs. Il a du déménager avec sa famille, car sa maison faisait partie du ghetto. Il arrivait ensuite régulièrement à pénétrer dans le ghetto pour pouvoir voir son ancienne maison. Il a vu les Juifs payer les contributions sur la place du marché qui était entourée par les Allemands. Ces derniers devaient déposer leurs bijoux et objets précieux dans des sceaux
”.

Du 15 avril 2014 au 01 mai 2014, une équipe de Yahad in Unum a mené un quinzième voyage de recherche en Biélorussie, dans la région de Grodno.

Places:

Régions : région administrative de Grodno

Villes et villages étudiés : Mikhalichki, Vorniany, Ostrovets, Ochmiany, Novossiady, Jouprany, Amoliany, Berventsy, Soly, Smorgon, Tolminovo, Novossiady, Norchty, Golchany, Krevo, Vichnevo (région de Misnk), Volojyn (région de Minsk), Bakchty, Ivié, Stanevitchi, Iatoltovitchi, Lida, Vassilichki, Jeloudok, Radoun, Vorovo, Belitsa, Novogroudok, Popkovitchi, Lioubtcha.

Contexte Historique:

Pour mémoire, la région dans laquelle l’équipe de Yahad a travaillé, faisait partie de l’Etat polonais avant la guerre. Elle a été très vite occupée par les Allemands, dès l’été 1941, et a été placée sous administration civile allemande.

Conclusions:

– La spécificité de la Shoah près de la frontière lituanienne
En ce qui concerne la répression sur les Juifs, la plupart des bourgades juives de ce secteur ont connu la mise en place rapide de ghettos.

– La région de Grodno, une région aux nombreuses victimes juives.
La Shoah a été particulièrement meurtrière dans cette région, d’autant plus que la soudaineté de l’offensive allemande et la proximité du front de départ, ont laissé peu de chances aux Juifs pour s’échapper. Plus on s’éloigne de la frontière lituanienne, plus on se retrouve confronté à des cas de massacres de masse planifiés, comme c’est le cas dans la plupart du reste du pays.

– Les autres catégories de victimes civiles
L’équipe de Yahad a pu rencontrer notamment aussi des témoins de fusillades de Tsiganes. Ce sont des témoignages précieux car ces faits-là sont très peu documentés au niveau des archives.Près d’un tiers de la population biélorusse a été décimée pendant la guerre. En sus du génocide juif et tsigane, le reste de la population civile biélorusse a énormément souffert du conflit. Rares sont les villages où les équipes sur le terrain ne sont pas confrontées à la mémoire de ces autres souffrances civiles.

Attachments

Related Post