Témoignage

Fridrikh (né en 1934) en est le président, et il a reçu l’équipe de Yahad dans le local de la communauté, afin de livrer son témoignage bouleversant, en tant que survivant juif de la ville. C’est un Juif assimilé, issu d’une famille communiste, le père ayant eu d’importantes responsabilités locales. Après avoir tenté de s’évacuer, la famille a du rebrousser chemin. A Sloutsk, des policiers sont venus dans leur maison avec des listes, en leur disant qu’ils devaient déménager dans le ghetto. La famille s’est retrouvée dans le premier ghetto de la ville, aménagé dans une ancienne cité militaire.

Fridrikh a assisté à une première grande sélection en août 1941. Il se souvient de la foule immense dans la cour de la caserne. Les gens étaient battus. Les bourreaux mettaient les gens d’un côté ou d’un autre. Il a vu avec effroi son petit frère et sa grand-mère jetés dans un camion, et disparaître à jamais. En octobre 1941, avant la liquidation finale du premier ghetto, il a été sauvé avec le reste de sa famille, par un policier, ancien ami de son père. Il s’est retrouvé alors dans le second ghetto, qui était celui des gens aptes au travail, et qui se trouvait dans un quartier d’environ 400 maisons juives. Sa mère sortait du ghetto pour aller travailler dans une fabrique de meubles. Au-delà de la description des conditions de vie terribles, Fridrikh a raconté certaines anecdotes sordides : « J’ai vu deux soldats allemands entrer dans le ghetto, ils se sont approchés d’une mère en train d’allaiter. Ils lui ont arraché le bébé et l’ont jeté par terre. Ils ont alors pris le sein de la femme en disant que le lait était bon. »

Fridrikh a été sauvé une seconde fois par le policier avant la liquidation du second ghetto, qui s’est en outre révolté. Il y a alors eu plusieurs centaines de morts dans le ghetto. Fridrikh a été pris en charge ensuite par les partisans.

Du 13 mai 2014 au 29 mai 2014, une équipe de Yahad in Unum a mené son seizième voyage de recherche en Biélorussie, au sud de la région de Minsk, autour de la ville de Soligorsk.

Lieux

Régions : région administrative de Minsk

Villes et villages étudiés : Starobine, Kopatsevitchi, Grozava, Jouki, Konioukhi, Malyïé Proussy, Kopyl, Kolodeznoïe, Jaoulki, Kopyl, Lénino, Zaostrovetchié, Lénine, Doubniki, Liouban, Staryïé Dorogui, Sloboda, Selichtché, Sloutsk, Pogost 1, Ivanovskiïé Ogorodniki, Krasnaïa Sloboda, Iazyl, Polikarovka, Ouretchiïé, Glousk, Chatsk

Contexte Historique

Cette région a été très vite occupée par les Allemands, dès l’été 1941.

Conclusions

  • Reconstitution des différentes étapes de l’extermination dans la ville de Sloutsk
    • L’équipe de Yahad a passé plus de 2 jours à Sloutsk et ses environs, et rencontré beaucoup de témoins pour éclairer les différentes facettes de la répression dans cette ville sous l’occupation. Avant la guerre, il y avait environ 20 000 habitants à Sloutsk, et un tiers de la population était juive.
  • Le sort des victimes civiles biélorusses
    • L’équipe a travaillé dans une zone fortement boisée, où il y avait une intense activité partisane, entrainant une répression très forte sur la population locale. Des villages entiers ont été rayés de la carte. Le nombre de villages traversés au cours de ce voyage, où des actions punitives meurtrières et massacres de masse ont été perpétrées, est vertigineux.
  • Un massacre de Tsiganes dans le village de Zaostrovetchié
    • La fosse de ces victimes tsiganes se trouve aujourd’hui sur le territoire d’une scierie et demeure sans mémorial.

Attachments

Related Post