Témoignage:

“Kazimirovka, un village minuscule, isolé dans une clairière en forêt, et desservi par une piste difficile. Comptant environ 200 maisons avant guerre, aujourd’hui il n’en reste que 2…L’équipe ne tarde donc pas à rencontrer Maria (née en 1936), qui est sans doute la dernière mémoire vivante des évènements tragiques du village pendant la guerre. Elle témoigne : « J’ai pu fuir à temps dans la forêt au moment de l’arrivée d’un commando punitif allemand, même si les policiers locaux avaient ordonné aux gens de rester chez eux. Quand je suis partie, j’ai entendu les tirs, et vu les flammes qui s’élevaient du village”.

Du 16 septembre 2014 au 02 octobre 2014, une équipe de Yahad in Unum a mené un dix-huitième voyage de recherche en Biélorussie, le second dans la région de Gomel. A l’issue de ce voyage de recherche, l’équipe de Yahad est revenue avec 46 témoignages, et a enquêté sur 28 lieux d’exécution.

Lieux

Régions: région administrative de Gomel

Villes et villages étudiés : Oktiabrski ; Petchichtchi ; Smykovitchi ; Davydovka ; Zalessie ; Kalinkovitchi ; Ielsk ; Selioutichi ; Lioudvinov ; Kopatkevitchi ; Kazimirovka ; Bouda Kazimirovka ; Skrygalov ; Kostioukovitchi ; Lelchitsy ; Petrikov ; Khoïniki ; Zagalle ; Aleksitchi ;  Tchernovchtchina ; Iourovitchi ; Strechine ; Jlobine ; Rogatchev

Contexte historique:

Occupée par les Allemands au cours de l’été et l’automne 1941, la région de Gomel a été placée ensuite sous administration militaire allemande.

Bien que parfois rendue compliquée au niveau de la recherche de témoins, par les nombreux mouvements de population ayant affecté la région après la guerre, cette mission a été marquée par la grande richesse et diversité des témoignages recueillis : fusillade des Juifs, Tsiganes, et communistes, actions anti-partisanes et villages brûlés, déportation des Biélorusses dans des camps de civils ou des camps pour enfants.

 

Conclusions:

– Une Shoah hétéroclite et décentralisée
Dans le processus de mise en place de la Shoah, l’initiative locale compte beaucoup. A l’Est de la Biélorussie, les Juifs ne sont pas automatiquement rassemblés dans des ghettos avant leur extermination. Et quand c’est le cas, ces ghettos sont parfois improvisés dans des lieux qui ne sont pas toujours nécessairement des quartiers d’habitation. Dans la ville de Rogatchev par exemple, les Juifs sont enfermés dans une ancienne prison. A Petchichtchi, ils sont retenus dans le bâtiment du kolkhoze.

– Les victimes civiles biélorusses et le camp de civils d’Ozaritchi
Comme dans les voyages précédents, l’équipe a aussi recueilli plusieurs témoignages sur les villages biélorusses brûlés après des actions anti-partisanes, et les massacres consécutifs, principalement, en 1942 et 1943.

Attachments

Related Post