Témoignage:
Constantin, né en 1933, fut un des témoins de cette sorte de camp de transit:

“Une nuit d’été, les soldats ont commencé à entourer un champ vide de fils barbelés. Les villageois ne comprenaient pas. Le lendemain, ils ont amenés des colonnes de centaines de Juifs et ils les ont mis derrière ces barbelés. Ils dormaient à ciel ouvert. Il y avait des femmes, des enfants, des hommes dans le camp.

J’allais jeter du pain depuis l’extérieur du camp, au dessus de la porte. Une rivière coulait dans le camp. Plusieurs femmes ont accouché et ont mis leurs bébés dans une sorte de berceau faits avec des plantes et les ont laissés couler dans la rivière. J’ai moi-même vu un de ces berceaux. Un des gendarmes a remarqué ce berceau et a fusillé le bébé”.

Une équipe de Yahad a mené un 3ème voyage de recherches en Moldavie dans les districts de Edinet, de Soroca et de Balti. Cette équipe se distingue par une équipe d’enquêteurs et de traducteurs roms, spécialement formés par Yahad pour les recherches en Moldavie, pays roumanophone.

Au cours de ce 3ème voyage de recherches, Yahad a interviewé 45 témoins, a localisé 26 sites d’exécutions dont 16 sans mémorial.


Lieux:
moldova-150x150Districts de Balti, de Edinet et de Soroca.

Villes et villages investigués : Hincauti, Cepeleuti, Fantana Alba, Edinet, Parcova, Scaieni, Zabriceni, Burnalesti, Valcinet, Verejeni, Soroca, Plop, Riscani, Zaicaini, Turgul Vertujeni, Hirtop, Echimauti, Vadul Rascov, Stoliceni, Sofrincani, Rublenita, Zgurita, Tarigrad.

 

Contexte Historique:

Cette région, historiquement appelé « Bessarabie » était sous administration soviétique de 1940 jusqu’en juin 1941 où elle passe sous administration roumaine.

La zone investiguée est la région natale de Dizengoff (premier maire de Tel Aviv), de Mendel Portugali (figure emblématique de Poalei Tsion) notamment.

En 1941, on estime à 300 000 le nombre de Juifs qui vivaient sur le territoire moldave (en y incluant la Bucovine). D’après les historiens, 150 000 d’entre eux furent déportés en Transnistrie (régions actuelles d’Odesa, Vinnitsya, Mykolaïv, en Ukraine). Seuls 50 000 revinrent vivants de déportation.

Des milliers de Tsiganes vivant sur le territoire de l’actuelle Moldavie furent également déportés en Transnistrie à partie de 1941.

De plus, on estime à 10 000 le nombre de Juifs fusillés sur place par les forces roumaines et les Einsatzgruppen entre juin et septembre 1941.
 

Conclusions:

– Les rafles et les fusillades des Juifs des villages moldaves sont perpétrées dès les premiers jours, si ce n’est dès le premier jour, dès les premières heures.

– Yahad a enquêté sur ses fusillades et sur ses fosses des victimes juives déportées sur les routes de Moldavie. D’après les résultats des recherches, il semble qu’un grand nombre de fusillades et de lieux d’inhumation des victimes ne figurent pas dans les archives étudiées.

– Des dizaines de milliers de Juifs déportés de l’actuelle Moldavie par les Roumains furent pour certains retenus dans des sortes de camps de transit, y restant plusieurs semaines sans nourriture, sans eau et des conditions d’hygiène effroyables.

Related Post