Témoignage:

Victor S., né en 1928.

« À Dolhasca, le chef de la police s’appelait Bortik. Il avait 35 ans à l’époque. Quand des trains transportant des Juifs passaient, les policiers les faisaient arrêter à Probota, pour faire sortir les femmes. Les trains venaient de la direction de Tchernovtsy. Ils les violaient, leur prenaient leurs objets de valeur et puis ils les tuaient. Dans le village, certains Juifs ont été abattus par la police et enterrés non loin de la halte sur la voie ferrée. Un an plus tard, en 1942, les raids contre les Roms ont commencé. Juste le jour avant celui où ma famille a été arrêtée, ma mère m’a dit d’aller me cacher dans la forêt. Tous les membres de ma famille ont été arrêtés et déportés en train. Ils ne sont jamais revenus. »

Pendant ce cinquième voyage de recherches, Yahad-In Unum a enquêté dans la région du nord-est de la Roumanie. L’expédition a duré quinze jours, du 2 au 16 août 2014. Pendant ces quinze jours dans la région, l’équipe de Yahad-In Unum a interrogé trente-et-un témoins et identifié deux fosses communes de Juifs, l’une et l’autre sans monument. 

Lieux:

Region du nord-est de la Roumanie

Villes et villages étudiés : Veresti, Soci, Mascateni, Stefanesti, Badiuti, Darabani, Plopeni Mici, Sapoveni Aurel Vlaï, Voitinel, Varatec Paltinis, Darabani, Bacau.

Contexte Historique:

Avant la guerre, une importante population juive résidait dans la région et dans les villes, notamment à Stefanesti, Lespezi, Dolhasca, Saveni, Darabani, Dorohoi et Radauti.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux milliers de Juifs ont été déportés en Transnistrie par le gouvernement fasciste d’Antonescu. En juin 1941, la Roumanie est entrée en guerre aux côtés de l’Allemagne, ce qui a conduit au massacre systématique de la population juive sous l’appellation « Opération Barbarossa ». Avec les Einsatzgruppen nazis, l’armée roumaine a fusillé et enterré vivants tous les Juifs – hommes, femmes et enfants – qu’elle trouvait dans les secteurs sous son contrôle.

Conclusions

Pour l’équipe de recherches de Yahad, ce voyage a été particulièrement fructueux, parce qu’il a permis non seulement d’interroger des Roms survivants de la déportation, mais encore de recueillir des témoignages sur :

– Les fusillades de Juifs.
– Le pillage de biens et d’objets de valeur appartenant à des Juifs.
– La concentration et l’internement de Juifs dans des camps de travail en Roumanie.
– Les viols de femmes juives.
– Deux déportations de Roms : les uns nomades en juin 1942, les autres sédentaires le 12 septembre la même année, avec des informations sur les différentes étapes de la déportation, la participation des autorités locales, les discours des maires dans chaque village, la préparation des listes, les arrestations, etc.
– La confiscation de leurs chevaux et de leurs roulottes qui leur servaient à la fois de logement et de moyen de subsistance.
 

Related Post