Témoignage

Notre équipe a rencontré Antonina Pavlovna (née en 1926) dont la famille a hébergé les Juifs dans sa maison. Antonina nous a racontés que les Allemands avaient fusillé les réfugiés juifs en deux groupes : les uns étaient ceux qui se trouvaient dans le bâtiment du poste de la radio, ils ont été fusillés en premier et les autres étaient ceux qui habitaient dans les maisons des habitants de stanitsa et qui étaient rassemblés dans le bâtiment de l'école maternelle. A l'époque notre témoin travaillait au kolkhoze et en se rendant au travail, Antonina Pavlovna a vu le massacre des réfugiés juifs : "Il y avait des tranchées qui se trouvaient non loin l'une de l'autre. Quand je passais à côté de la fusillade, j'ai vu que les enfants et les adultes étaient séparés et que leurs affaires traînaient non loin d'eux. Les enfants étaient mis au bord d'une tranchée et les adultes étaient au bord d'une autre. Pendant qu'un Allemand mettait quelque chose sous le nez des enfants juifs, 4 autres Allemands étaient en train de fusiller leurs parents".

Au terme de cette mission de recherches, l'équipe de Yahad – In Unum a répertorié 14 fosses dont près de 75% sont sans mémorial et donc totalement inconnues, interrogé 42 témoins.

Lieux:

Région de Krasnodar

Villes et villages investigués :

Dinskaïa, Voronejskaïa, Oust-Labinsk, Tbilisskaïa, Vannovskoïé, Severin, Bezlesny, Kropotkin, Korenovsk, Timachevsk, Dnieprovskaïa, Krasnaïa Poliana, Otradnaïa, Arkhangelskaïa, Tikhoretsk, Illinskaïa, Belaïa Glina, Kanevskaïa, Leningradskaïa, Novominskaïa, Novochtcherbinovskaïa, Starominskaïa, Starochtcherbinovskaïa, Chkourinskaïa.

Contexte historique

La rareté des archives fait la particularité des témoignages recueillis par l'équipe de Yahad – In Unum qui contiennent les informations historiques importantes à l'échelle de l'Histoire générale.

Conclusions

L'investigation de l'équipe de Yahad – In Unum dans cette région représente quelques spécificités :

– la rareté des sources soviétiques et allemandes pour les territoires investigués ;
– l'empoisonnement des enfants juifs ;
– l'existence des ghettos malgré l'occupation nazie courte de 6 mois dans cette partie de la Russie ;
la multiplicité des victimes.
 

Attachments

Related Post