Avant la guerre, près d’un million de Juifs habitait sur le territoire de l’actuelle Biélorussie. Dès le début de l’occupation, les Allemands commencèrent à exécuter les Juifs, l’intelligentsia et les activistes soviétiques. La création des ghettos était fréquemment accompagnée de fusillades. Mais les plus grandes fusillades de masse eurent lieu lors de la liquidation des ghettos, surtout entre avril 1942 et l’hiver 1942/1943. Le dernier ghetto de Biélorussie, situé à Minsk, fut liquidé en octobre 1943.

Par ailleurs, de nombreux Juifs, notamment des spécialistes, étaient détenus et forcés de travailler dans des camps de travail (Lida, Ivié, Chtchoutchine, Novogroudok). Ils furent assassinés quelques temps plus tard. Dans le cadre de leur politique d’extermination, les nazis déportèrent des milliers de Juifs de Lida et de Minsk dans les camps de concentration à l’Ouest.

Suite à l’amplification des mouvements de partisans, particulièrement actifs dans la région, les Allemands accélèrent le processus d’extermination des Juifs, et massacrèrent également des milliers de civils biélorusses, brûlant et détruisant à jamais des villages entiers.