Témoignage

A Ouman, l’équipe retrouve Mikhail (né en 1928), témoin d’un massacre sordide par asphyxie. Il témoigne : « Les Allemands ont entassé des Juifs les uns sur les autres dans la cave d’un immeuble, puis ont calfeutré la porte. Il ont attendu environ 2h puis ont rouvert la porte. Tout le monde était mort étouffé. J’ai alors vu d’autres Juifs qui ont alors été amenés pour sortir les corps. Mais l’un d’entre eux a refusé d’appliquer la basse besogne. Les Allemands l’ont alors pris et mis dans un récipient d’eau mélangée avec de la chaux. Il l’empêchait de sortir en le menaçant de leurs armes. La réaction chimique a brûlé les pieds du pauvre malheureux, qui a commencé comme à danser, car il ne pouvait plus poser ses pieds. Il a fini par mourir. »

A l’issue de la mission, l’équipe de Yahad a visité 10 localités, interrogé 46 témoins, et recensé 11 fosses ou sites d’exécution.

Lieux

Régions : région administrative de Vinnytsia et Tcherkassy

Villes et villages étudiés : Oradivka, Talalaieva, Ivangorod, Krasnopilka, Teplyk, Ossitna, Pogorila, Oudytch, Djoulynka, Ouman

Contexte historique

Une équipe de Yahad In Unum revient d’un 24ième séjour de recherche en Ukraine. Cette mission de 13 jours s’est déroulée à cheval sur les régions de Vinnytsia et Tcherkassy. Elle complète de précédentes missions déjà entreprises le long de la DG IV, route stratégique menant au Caucase via Dnepropetrovsk, et dont la construction entreprise par les Allemands dès leur occupation de la zone à l’été 1941, a pu avoir lieu grâce notamment à une importante main d’œuvre juive enfermée dans des camps de travaux forcés disséminés le long de la route.

Conclusions

– Des camps de travail de taille modeste mais nombreux

– De très nombreux témoins des fusillades
En général, en 1942 ou début 1943, les Juifs enfermés dans les camps sont fusillés dans des endroits la plupart du temps isolés, à l’écart des localités. Néanmoins le travail d’enquête sur le terrain a permis de retrouver de très nombreux témoins des fusillades, qui pour la plupart étaient enfants ou adolescents au moment des faits.

– Les cas d’Ouman
Dans la ville d’Ouman, qui est le centre principal de la région visitée, l’importante population juive de la ville est enfermée dans un quartier de la ville où se trouve plus de 15000 Juifs. Le ghetto est liquidé en plusieurs étapes, jusqu’au printemps 1942. L’essentiel des fusillades a lieu dans le ravin de Sukhoï où l’on peut trouver aujourd’hui la forme d’une fosse de près de 200 m. de long.

Attachments

Related Post