Témoignage

 L’équipe retrouve Dmytro (né en 1928). Elle prend son interview devant chez lui, à 100m de l’endroit d’une des fusillades, qui a eu lieu derrière un des bâtiments du kolkhoze, et à laquelle il a assisté. L’homme revoit encore le commando de la mort allemand arrivant à l’aube en camion pendant l’hiver 1942-1943. Puis il nous expose cette scène glaçante où un officier allemand passe un revolver à la main, derrière les Juifs alignés au bord d’une fosse, les abattant d’une balle dans la nuque. Entre chaque groupe, il fume une cigarette et s’enivre au schnaps. Dmytro est ensuite réquisitionné sur ordre du starost pour emmener avec son charriot les habits des pauvres victimes à la kommandantur de Gaisin.

A l’issue de cette mission, l’équipe a retrouvé et interviewé 49 témoins, et localisé 12 sites d’extermination des Juifs dont les 2/3 n’ont aucun mémorial.

Lieux

Régions : régions administratives de Vinnytsia et Tcherkassy

Villes et villages étudiés : Nyjtcha Kropyvna, Gaissyne, Mikhaïlivka, Adamovka, Tarassivka, Graniv, Naraïvka, Kiblitch, Vapniarka, Karabelivka, Sobolivka, Bassalytchivka

Contexte historique

Une équipe de Yahad complète de précédentes missions déjà entreprises le long de la DG IV , route stratégique menant au Caucase via Dnepropetrovsk, et dont la construction entreprise par les Allemands dès leur occupation de la zone à l’été 1941, a pu être possible grâce notamment à une importante main d’œuvre juive enfermée dans des camps de travaux forcés disséminés le long de cette route.

Conclusions

– Camps de travail et fusillades
Au cours de ce voyage, l’équipe a enquêté dans différentes localités, la plupart étant des villages ou bourgs où ont été installés des camps de travail destinés à recevoir une main d’œuvre juive. Très souvent dans ces mêmes localités, l’équipe a retrouvé la trace de camps de prisonniers de guerre soviétiques qui travaillaient aussi sur le chantier de la DG IV.

– Le cas du camp de Mikhaïlvka
Quand la guerre débute, Mikhaïlvka est un petit village ethniquement ukrainien situé tout près de la DG IV. Au début de l’occupation ce sont essentiellement des jeunes habitants ukrainiens du village qui travaillent sur la portion de la route qui passe à côté du village. Mais en 1942, ces derniers sont envoyés en Allemagne pour le travail. Une main d’œuvre juive, originaire de Roumanie et Ukraine est alors amenée à partir de l’été. Au début, les Juifs sont enfermés dans deux écuries du kolkhoze. Il y a alors régulièrement des sélections de Juifs qui sont fusillés dans une fosse en forêt. L’hiver arrivant, les Juifs sont transférés dans l’école du village, avec des conditions de détention, si on peut dire, plus confortables (ils dorment dans des lits superposés au lieu de la paille). En 1943, le camp est attaqué par les partisans, mais la plupart des Juifs refusent de s’enfuir. Ils sont alors transférés dans le camp de Tarassivka.

Attachments

Related Post