Témoignage

L’équipe a retrouvé Irina (née en 1930) qui a emmené l’équipe sur le site de fusillade, situé dans une clairière forestière, pour expliquer ce qu’elle a vu lorsqu’elle est allée voir avec quelques camarades de classe la fusillade. « Une colonne d’une cinquantaine de Juifs marchait les uns derrière les autres, tête baissée. Dans la clairière, il y avait une fosse creusée avec une planche en travers. Les Juifs étaient amenés un par un sur la planche avant d’être abattus à la mitraillette par un jeune soldat allemand, qui tenait son arme d’une main, et mangeait une pomme de l’autre. »

Irina précise aussi qu’il y avait des affiches placardées dans la bourgade invitant les habitants à ne pas cacher des Juifs.

Du 27 octobre 2011 au 10 décembre 2011, une équipe de Yahad in Unum a mené un vingt neuvième séjour de recherches en Ukraine, le troisième dans la région de Rovno, voyage centré essentiellement cette fois-ci au sud de la ville de Loutsk.

A l’issue de ce voyage, l’équipe de Yahad a enquêté dans 8 localités, et interrogé 49 témoins.

Lieux

Régions : région administrative de Rovno

Villes et villages étudiés: Boremel, Khreniki, Demidovka, Smordva, Mlinov, Klevan, Doubno, Kremenets

Contexte historique

Élément de contexte important, la zone étudiée appartenait à l’État polonais entre 1920 et 1939. Il y avait donc une importante population polonaise.

Cette zone a été occupée par les Allemands très rapidement, dès le mois de juin 1941, et l’occupation a duré jusqu’en 1944.

Conclusions

– Des ghettos assez hermétiques et de très nombreuses victimes
Les ghettos sont en général créés à partir du printemps 1942. Dans la plupart des cas, ils sont entourés d’une palissade en bois surmontée des barbelés. Il y a parfois des miradors comme dans la ville de Kremenets. Les Juifs ne peuvent en sortir, si ce n’est pour aller effectuer des travaux forcés. Les ghettos sont gardés par des policiers locaux. Avec parfois la complaisance de ces derniers, les habitants arrivent de temps en temps à faire passer de la nourriture aux malheureux enfermés à l’intérieur du ghetto.

– Le cas de Klevan, une enquête complexe
Ce cas met en lumière l’intérêt de la recherche sur le terrain et notamment du recueil de témoignages pour essayer d’éclaircir des zones d’ombre relatives aux archives soviétiques ou allemandes, ou à la recherche historique.

– Des sites de fusillade non répertoriés

Attachments

Related Post